Nathalie THILLY : première présidente élue à la tête de la recherche du CHRU de Nancy

Image1Pour la première fois de son histoire (une quinzaine d’années), les 34 membres du Conseil Scientifique ont élu à la majorité une présidente à la tête de la recherche du CHRU. Nathalie Thilly dirigera, à parité avec le Directeur de la Recherche & de l’Innovation (DRI) El Mehdi Siaghy, la Délégation à la Recherche Clinique et à l’Innovation (DRCI) de l’établissement hospitalo universitaire.

Aujourd’hui responsable médicale de l’Unité d’Investigation Clinique de la Plateforme d’Aide à la Recherche Clinique (PARC), cette épidémiologiste, diplômée de pharmacie et titulaire d’une thèse d’université en Santé publique, a obtenu son HDR (Habilitation à Diriger des Recherches) en 2013. Pour atteindre ce grade le plus élevé de la recherche universitaire et être nommée professeur des universités – praticien hospitalier, elle a passé avec détermination toutes les étapes de ce qui est reconnu pour être une école d’endurance plutôt qu’un long fleuve tranquille.

Nathalie Thilly connait bien le monde de la recherche : ses responsabilités professionnelles au CHRU la conduisent à soutenir et accompagner depuis 20 ans les chercheurs sur la méthodologie de leurs projets, l’investigation clinique et l’analyse statistique. Mais la recherche représente également son activité propre puisqu’elle est elle-même un chercheur actif et porte notamment une étude nationale sur l’acceptabilité de la vaccination contre le Papillomavirus, étude qui fédère 7 équipes de recherche universitaire sur le territoire français.

Son champ d’expertise porte sur l’évaluation des interventions de santé non médicamenteuses, plus particulièrement en maladies infectieuses, en nephro / cardiologie. Des travaux qui bousculent la méthodologie classique de la recherche clinique et qui l’ont rodée aux querelles de chapelles autour de la médecine fondée sur les preuves. Une sensibilité qu’elle met également au service du Comité de Protection des Personnes (CPP) Est III, une instance indépendante rassemblant diverses compétences, qui donne un avis favorable, ou pas, au lancement de toute recherche sur la personne humaine.

C’est une expérience précieuse à l’heure où elle prend les rênes de la recherche du CHRU actuellement en pleine réorganisation, suite à une consultation interne menée en 2018 par le cabinet extérieur CMI auprès des médecins, des personnels de soin et des internes. Un nouvel organigramme en cours d’installation pour une plus grande proximité entre les différentes composantes : c’est la mission de la présidente élue pour deux ans qui ambitionne de mieux valoriser les résultats de la recherche en santé lorraine dans un environnement très concurrentiel.